J’ai pris un boulot alimentaire

Il y a un un an et demi, j’ai pris un petit boulot alimentaire.

Et ça m’a remis les pendules à l’heure.

Job-alimentaire-mon-ame-akasha-source-pexels-pixabay

Job-alimentaire-mon-ame-akasha-source-pexels-pixabay

Oh pas qu’elles étaient un peu déréglées, elles étaient complètement faussées !!

J’exagère à peine pour vous raconter, comment l’été de 2016, je suis arrivée avoir envie de refaire mon CV

Quelques jours après, j’ai postulé pour des petits boulots de caissière.

Je m’étais toujours dit, depuis que j’avais été à mon compte, que je ferais ce qu’il faut pour mon foyer, ma survie!

Et le job alimentaire pouvait faire partie de l’équation.

J’en ai eu un peu honte, je n’étais pas très fière.

Aujourd’hui je suis plus en paix avec ce parcours, c’est le mien, et j’ai fait les détours dont j’avais besoin.

Besoin pour quoi en fait ? Ce n’était pas qu’une affaire de sous loin de là.

J’avais passé l’été à écrire, à canaliser à recevoir des messages sur les Indigo et à oublier de déployer les ailes de mon entreprise. Quand l’hiver approcha (donc avant qu’il fut venu!! hein la fourmi !?!) je senti l’élan de me simplifier la tâche. Une après-midi, l’air de rien, une envie m’a traversé : Je vais refaire mon CV ! Une fois refait, j’ai eu envie de regarder les petits boulots que je pourrais trouver… J’insiste sur le fait que c’est mon ENVIE qui m’a poussée. J’étais en joie… alors que jamais oh grand jamais je m’étais dit que je retournerai bosser en entreprise !

Suivant l’élan, je postulai, mais rien, car si j’étais accueillie à certains entretiens, on me répondais bien rapidement que j’étais trop qualifiée.

En l’occurrence, caissière à Lidl, ça aurait été bizarre, car j’étais certainement plus qualifiée que les deux jeunes que j’ai eu en entretien… le regard interrogateur, et curieux: C’est quoi une coach spirituelle au juste ? (oui, sans blague, c’est la question qu’ils m’ont posée… ça fera peut-être l’objet d’une autre histoire ! )

Une amie m’a parlé d’un poste qui était vacant au sein d’un collège près de chez moi. Surveillante. 20h par semaine.

J’ai postulée, sure de rien, et surtout pas de moi ! Après tous ces refus, je ne comprenais plus le language de l’Univers qui me disait “VAS-Y”, m’avait poussée pleine de joie à refaire mon CV, et me plantait là à des entretiens pour recevoir des refus (j’exagère j’ai eu 1 entretien, soldé par un refus, et 2 refus après candidature). Pour me proposer deux jours après un entretien dans un collège. On on me propose ? J’y vais !

Si c’est là qu’on me veut, après tout, avec tout ce que je venais de comprendre sur les enfants Indigo, Cristal, cela pouvait faire du sens quelque part de me retrouver avec des jeunes adolescents !

Oui ? ! Oui, ok… on m’a confirmée avant même que je ne sois sure en moi de vouloir accepter. Ok, j’y vais…

La vie a pris le pli de me pousser dans des situations pour mon bien et j’ai compris que parfois le meilleur choix est d’accepter, même sans savoir pourquoi et ce qui va se dérouler.

6 mois j’ai tenu, 6 mois j’ai survécu.

J’étais mal. Révoltée, triste, en désaccord complet avec les méthodes de communication,  et d’éducation Nationale. Je revenais à chaque fois chez moi complètement retournée. J’avais à peine le temps de me remettre droite avant d’y retourner.

C’était dur.

Mais j’ai appris plein de choses. Et la première grande leçon que j’ai gagné de ces 6 mois, c’est que j’étais prête, à faire, pour un autre patron que le mien (oui, je te raconterai à la fin qui est mon patron), des choses qui me faisaient peur, des choses avec lesquelles j’étais profondément en désaccord. J’étais prête à prendre sur moi, à sortir de ma zone de confort, à me lever TRES tôt, à me renier parfois (j’essayais bien sur de me renier le moins possible mais je n’étais pas là pour raconter ma vie et mes croyances à mes collègues !) … tout un tas de choses que je n’avais pas fait pour MON entreprise, pour MON METIER, pour MA MISSION.

J’ai compris ça si vite, que très rapidement, j’ai lancé des actions, hop je saute au delà de ma zone de confort ! Encore ! Une conférence Web, une nouvelle offre, une formation !! Je n’étais pas in-arrêtable, mais j’étais lancée !

Résultat ce soir, j’ai eu l’élan de te partager cette histoire pour t’inspirer.

T’inspirer à toi aussi sortir de ta zone de confort.

Toi aussi répondre à l’APPEL de ton ÂME, car c’est elle LE vrai Boss ! 😉

Le meilleur de tous les boss 😉

Aujourd’hui je remercie mon âme pour ces élans qu’elle m’a apporté, car  je n’aurais pas eu envie de refaire mon CV, je n’aurais pas postulé pour des petits boulots, je n’aurais pas dit oui à mon amie qui me proposait ce poste de surveillante. Je n’aurais pas dit oui, et je n’aurais pas réalisé que, pour réaliser sa mission de vie, il FAUT sortir de sa zone de confort. J’en parle chaque semaines aux femmes qui ont rejoint le groupe de thérapeutes qui bossent leur entreprise avec leur âme : Entrer à pieds joints dans sa mission de vie, c’est se mettre en disponibilité de son âme pour servir le monde ! Ce n’est donc pas en restant dans ta zone de confort, dans ton salon que ça se joue 😉

A ton élan, à ton âme !

Amel

 

PS : Peut-être que tu n’es pas sure de quelles actions tu peux mettre en place pour développer ta communication, et développer ton activité. Peut-être que tu as besoin d’aide pour établir un plan d’action, pour ne pas te sentir seule et inadaptée. C’est complètement normal. Personne ne nous apprend à créer notre activité, et encore moins en accord avec notre Âme ! Je sais que je peux t’aider à y voir plus clair 🙂 Et si je t’offrais une session gratuite, sans aucune obligation, pour t’aider à y voir plus clair ? Je t’invite à me contacter pour planifier ta séance de clarification personnalisée.

Leave a Reply