Mes défauts, mes trésors

Le voie de l’authenticité, n’est pas toujours la plus agréable de premier abord, car c’est celle de la vérité. On ne peut pas nier par exemple une émotion désagréable. Parce qu’on le sent, on se sent mal, et un malaise qui s’installe c’est franchement pas cool ! Mais celui qui a choisi la voie de l’authenticité sait que le malaise qu’il ressent est d’abord intérieur, et que la voie de l’apaisement l’est aussi !

Mais la voie de l’authenticité est la voie de la PAIX intérieure, sur le moyen terme, et le long terme 🙂

Quand je ne me sens pas bien j’ai tendance à accuser l’autre, ou l’extérieur : l’environnement est responsable de mon malaise. Mais quand je suis sur la voie de moi, Moi, alors je sais que l’Univers ne crée que des situations extérieures qui reflètent ce que je vis à l’intérieur. Facile, on le lit de plus en plus. Mais attention cette phrase ne sert pas à se culpabiliser, et pourtant parfois on s’arrête à ce premier plan, qui n’amène AUCUNE paix.

Par exemple : Je me sens mal après une soirée, passée avec des amis.

Option 1 : Je peux me dire que si je me sens mal c’est de la faute des hôtes, des amis, des conditions de la soirée… mais là mon mental, trop content récupère l’idée, et tourne en boucle sur le problème une fois identifié (“oui, mais Julie elle m’a dit ça et c’est pas normal”). Ca ne me fait pas me sentir mieux et à moins de rayer Julie de ma vie (et encore) je n’aurais pas ma réponse.

Option 2 : Julie m’a dit un truc ce soir qui m’a blessée. Cela signifie que je me blesse moi dans certaines situations. Et du coup, le mental récupère encore et dit “oui, dans ce genre de situation, c’est comme ça que je me comporte, je me blesse, je ne me respecte pas” souvent il va rajouter un truc du style “c’est parce que quand j’étais plus jeune il m’est arrivé ceci, ou ma mère me disait cela”. Et cette justification si elle semble être la voie de l’authenticité car elle opère un retournement et ne met plus le coupable à l’extérieur, n’est en rien celle de l’apaisement intérieur.

Option 3 : Julie m’a dit cela, cela m’a blessée. Et je cherche en quoi MOI-MÊME je me suis blessée ce soir, ou en ce moment. Je vais voir en moi, ce que je n’ai pas fait en accord avec moi-même. En gros j’arrête de chercher une CAUSE, un RESPONSABLE de mon mal-être (qu’il soit extérieur ou intérieur) parce que celui qui cherche la cause, c’est le mental, ce n’est pas le coeur, et il ne vise pas l’apaisement intérieur, il vise autre chose… le CONTRÔLE !! Donc je poursuis ma route… Qu’est-ce que cette situation m’apprend, me montre de moi, et là… j’ose TOUT m’avouer, même mes pires défauts.

Petit moment personnel : Reconnaitre que j’avais honte de mon comportement a été pour moi une grosse étape, et cela le reste encore parfois. C’est encore des moments où je dois être vigilante à mon attitude quand je me sens mal, un peu de fierté. Mais une fois que j’accepte d’avoir honte de moi, que je peux le dire aux autres, alors, je crois que je peux tout m’avouer à moi.

Si on revient à soi, à l’option 3, le principe est d’accepter un terme bien souvent utilisé à mauvais escient “se remettre en question” ça ne veut pas juste dire “ok, j’ai eu tort, mais toi tu n’aurais pas du… “il s’agit de plonger profondément en soi, et de se DEMANDER ce que cette situation a révélé de nous et ce qui a besoin d’être écouté.

Defaut-Tresor-Source-Pexels-Unsplash

Defaut-Tresor-Source-Pexels-Unsplash

A chaque fois que je met le doigt dessus, même approximativement (j’affine après) je me sens mieux, je soupire, mon ventre se détend, et mon mental n’est plus alimenté à essayer de chercher de son côté des cause (au cas où je ne trouve pas ;-))

C’est littéralement magique.

Je pense que c’est ce que le Cours en Miracle appelle un miracle justement. Un changement de perception de la peur à l’amour. Si j’ai peur que ça revienne, mon mental cherche a gérer, contrôler et trouver une parade. Si je suis dans l’amour, de moi, de l’autre, de l’Univers qui m’apporte des apprentissages pour que je grandisse, alors je me regarde et je m’autorise à me dire ce que moi, j’aurais pu faire autrement, plus en accord avec moi.

en général quand on trouve en soi la réponse, on a une idée, un ressenti de l’ajustement INTERIEUR qu’on peut faire, du cadeau qu’on peut s’offrir pour que la situation prochaine se passe différemment.

Et ça n’a rien à voir avec l’autre, tu sais, la fameuse Julie de l’exemple 🙂

Et ça ne le regarde même pas.

Mais on se sent tellement en paix intérieure que face à l’autre… aussi !

Et si vous ne sentez pas la paix envois encore quand vous pensez à cette situation … c’est que vous n’avez pas encore trouvé, que vous ne vous êtes pas encore TOUT AVOUE 🙂

J’espère que cet article t’aura éclairé-e sur ton processus de suivi de tes envies, que tu les écouteras encore plus, plus souvent, plus facilement 🙂 
Raconte-moi comment ça se passe pour toi, et pose moi tes questions en commentaire, je t’y répondrai avec plaisir 🙂
Belles ailes
Amel

Leave a Reply