Et si ce n’était pas du stress ?

Demain matin, je vais animer un atelier du Rire pour une équipe en entreprise. Cela fait quelques mois que je n’ai pas animé d’atelier du rire. J’en ai animé beaucoup ces cinq dernières années, que ce soit en entreprise ou dans mon propre club de rire où j’en ai animé chaque semaine pendant 2 ans. J’ai fait évoluer les outils que j’ai appris au Yoga du rire, et conçu ma propre “technique” qui s’appelle “APRES : Atelier Pour Rire En Soi”. C’est un mélange d’outils du yoga du rire, et d’outils de conscience du corps, associés avec ma vision de Soi, un peu connectée 😉 Mais si vous me lisez sur ce blog, vous voyez de quoi je parle … J’adore animer les ateliers du rire !

Bref, je reviens à mon histoire.
Demain j’anime un atelier pour une dizaine de personnes.
Traditionnellement je me pose, quelques jours avant avec la problématique ou le contexte du client et laisse venir les exercices. Là je ne l’ai pas fait, je n’en ai pas senti le besoin, l’envie. A vrai dire, je n’y ai pas vraiment pensé, je l’ai laissé arriver.
Et puis soudain en fin d’après-midi, aujourd’hui (la veille de l’atelier) je commence à y penser… “que souhaitent-ils, quels exercices vais-je leur proposer ?” Quelques questions se présentent et avec elle je sens mon ventre qui se serre… “le stress monte” me dis-je, “c’est normal… c’est demain”.

Et une voix s’empresse d’ajouter “Et si ce n’était pas du stress ?

Saut-de-joie-anti-stress-Source-pexels-Froken-Fokus

Saut-de-joie-anti-stress-Source-pexels-Froken-Fokus

Ah intéressant comme idée !
Je la laisse m’envahir et soudain je me souviens qu’il y a 1 ou 2 ans, avant d’animer une web conférence, j’avais senti la même chose. Je croyais à un grand stress qui montait juste avant de démarrer la conférence, mais je m’étais rendue compte que ce n’était pas du stress, mais de l’excitation, de la joie d’animer ce moment 🙂

Je comprends que c’est pareil 🙂
Mon âme et moi sommes en joie d’animer l’atelier de demain.

Comment se fait il que j’ai pensé au stress alors ?
IL nous envahit dans nos vies le stress, on est paniqué pour un rien, un train qui n’arrive pas, une téléphone qui ne sonne pas, les courses à faire… tout doit toujours aller plus vite que la musique, et nous on s’imagine que c’est grave si on doit attendre le train 2 minutes, ou si on se dépêche pas pour faire les courses ou pour répondre à un mail. Bien sur tout ça n’est qu’une vue de l’esprit. Un esprit bien occupé !
Notre interprétation erronée du temps nous fait également mal-interpréter tout un tas d’émotions que notre âme nous envoie.

En l’occurence, le stress et l’excitation de la joie peuvent se confondre car elles nous portent toutes les deux dans des énergies très fortes qui nous font “accélérer le temps” on sort un peu du temps PRESENT quand on stresse, car on se dit : Si je ne fais pas ça (dans le présent) alors le futur se verra tâché d’un problème… et c’est ce qui nous pousse à l’action. Bien sur le stress est un mécanisme sain, qui A LA BASE vise à nous protéger : “si je ne courre pas, le lion va me dévorer” se dit l’esprit d’un homme pourchassé par un lion. C’est donc un moment où sa vue du futur va l’aider à sauver sa peau …

Le mécanisme du stress n’est pas à remettre en question. Par contre ses applications trop courantes oui, car nous nous faisons croire bien souvent que l’enjeu de notre quotidien risque d’être aussi pire que si le lion nous chopait, là où en fait… il n’y a pas “mort d’homme” si le train a 3 min de retard, et par conséquent nous aussi… right ?

Quand on est dans l’excitation de la joie d’un évènement à venir c’est la même chose : on se projette un instant dans le futur, pour des visées de présent. “Prépare-toi à ton atelier” me dit ma joie. Attention, cela ne veut pas dire que je doive tout anticiper, mais je vais par exemple, en suivant cet élan recharger l’enceinte qui me permettra de diffuser la musique, prendre un sac assez grand pour amener avec moi les rubans, et sentir ce que j’ai envie d’emporter à cet atelier. Je passerai aussi quelques minutes à sentir quels exercices m’appellent, car j’aime faire ça en amont. Et puis, une fois prête, je pourrais revenir dans un présent qui n’est que présent.

J’espère que cet article t’aura éclairé sur le stress, et la joie de l’excitation, que ton ventre te donnera des pistes pour dissocier ces deux émotions et ainsi que tu pourras vivre plus pleinement ces moments (pas trop de stress quand même, hein ? )

Pense à partager, commenter et même me poser tes questions ci-dessous en commentaire 🙂
Je serai heureuse d’y répondre 🙂
Belle soirée, ou belle journée … selon
Belles ailes
Amel

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *