Que faire en présence d’une personne négative ?

Garder notre pouvoir, pardis !

Les textes qui existent sur ce sujet proposent un positionnement plutôt de victime par rapport à toutes ces personnes qui sont négatives, qui disent des choses négatives. Et les solutions sont souvent simplement “protégez-vous”. La protection n’est en rien une solution ! Car la protection confirme que la fameuse personne négative est un danger, une menace dont on serait la proie.

Mais voyons, vous savez bien dans votre coeur que ce n’est pas vrai, non !?

Alors je vous pose une autre question : Comment aider la personne négative à s’en sortir ?

Quoi ? ce n’est pas votre problème ? Mais si, je vous explique.

Discussion-parfois-compliquee-Au-regard-de-l-akasha-source-pexels-gratisography

Discussion-parfois-compliquee-Au-regard-de-l-akasha-source-pexels-gratisography

D’abord définissons la personne négative : c’est celle qui est en train de vous parler du négatif de sa vie, là, dans l’instant. Le reste du temps elle n’est peut-être pas négative… Et l’effet de son blabla négatif, est bien peu agréable sur nous. D’ailleurs je précise que l’étiquette “personne négative” n’est en rien collée définitivement sur quiconque. C’est une étiquette amovible !

Une femme a vécu un évènement peu agréable (à son travail, dans sa famille, avec un ami, ou un chéri, …) et est bien énervée. Elle vient vous le raconter. Et vous dire à quel point elle est énervée.

Vous écoutez. Vous vous sentez comment ? (juste avant, vous étiez comme sur un petit nuage, bien confortable dans votre vie à vous)
Mal. voter tête est plus lourde, dans votre estomac ça commence à coincer, vous vous sentez fatigué-e…
Mais vous essayez de dire quelque chose pour changer de sujet, ou aider l’autre à s’en sortir, à reprendre son pouvoir.
Certaines personnes entendent et c’est le cas de la majorité, je trouve, et vont changer de sujet.
D’autres, n’ont pas encore atteint cet état de conscience. Et trouvent plus d’intérêt à être dans cet état énervé que de se sentir mieux, elles vont donc répondre, continuer, et reprendre tous leurs malheurs, par le début.

 

echange-vertueux-avec-l-akasha-source-pexels-skitterphoto

echange-vertueux-avec-l-akasha-source-pexels-skitterphoto

Et c’est là qu’on a appris a faire une énorme bêtise. 

Comme on a été éduqué avec la “politesse” on croit que c’est mal-poli de dire à l’autre que ça ne nous fait pas du bien d’entendre ses problèmes. Alors on supporte, et on écoute. (ou on fait semblant)

En faisant ça on s’épuise. On perd notre énergie. Et quand enfin la personne part, on est lessivé, vanné, épuisé.

Mais c’est juste parce qu’on a écouté la politesse, et qu’on l’a appliquée.

 

La politesse vs quoi ?

La politesse, c’est quoi ? faire passer l’autre avant soi, ne pas blesser l’autre. Ne pas le rendre inconfortable par nos propos.

Mais dites moi ? qui préférez vous rendre heureux dans la vie ? L’autre ou vous ?

Il est un temps aujourd’hui où nous ne pouvons plus laisser l’autre nous prendre notre énergie et être énervé après lui d’être comme il est, ou lui jeter la pierre dès qu’il s’en va. Car alors, nous ne ferions rien d’autre que la même chose que lui : nous plaindre et être énervé, et peut-être irions-nous, nous aussi, déverser tout cela dans les oreilles de quelqu’un…!

Acceptons de regarder que nous avons choisi de ne pas dire, d’écouter, et que notre énèrvement est d’abord après nous-mêmes et reprenons notre pouvoir.

Douce-communication-avec-l-akasha-source-pexels-unsplash

Douce-communication-avec-l-akasha-source-pexels-unsplash

Alors reprenons notre pouvoir ! 

Pas besoin d’être blessant, méchant, violent ou de crier pour se respecter dans une telle situation. Rappelez-vous, à la base vous avez décidé de ne plus vous taire, car cela vous fait vous sentir mal. Vous avez donc décidé de vous respecter et de vous aimer davantage en exprimant ce malaise. Vous sentez que ce que vous entendez ne vous fait pas du bien ? Vous n’avez pas envie de cette discussion, pourquoi ne pas le dire simplement ?

Je ne me sens pas bien quand tu parles de tel sujet, peut-on en changer ?

Je me sens fatiguée, épuisée quand tu parles ainsi, que tu es énervé-e, ou que tu râles.

Ce n’est pas tellement un changement d’habitude, mais vraiment une obligation à partir du moment où vous avez établi que vous vivez pour vous.

Et vous serez ouvert à ce qu’on vous le dise aussi bien sur !

Deux cadeaux pour le prix d’un !

Vous vous offrez la possibilité d’être qui vous êtes dans l’instant, de ne pas subir une situation inconfortable, et de passer un moment forcément plus agréable. Mais pas que. En parlant, en prenant votre responsabilité face à vous-mêmes et en disant à la personne l’état dans lequel vous êtes, vous enclenchez une nouvelle manière de communiquer, et lui montrez, sans grand discours, la simplicité que ça peut-être de reprendre son pouvoir, et son bonheur en main. C’est donc  un beau cadeau que vous faites à la personne négative, si !

Car cette personne, qui ne peut plus avoir d’oreille de mots négatifs, sera forcée de se tourner vers l’intérieur, pour regarder ce qu’il y a en elle derrière tout ce négatif. Peut-être après vous avoir entendu, se dira-t-elle que ce n’est pas ce qu’elle a envie de diffuser comme énergie, peut-être sentira-elle que quelqu’un a eu le même comportement avec elle et qu’elle n’a pas osé dire qu’elle était gênée. Peut-être le fera-elle la fois suivante. Peut-être aussi que cette discussion vous amènera à transformer votre échange et qu’au lieu de passer 30 min à baigner dans les histoires négatives, et de rebondir sur d’autres histoires plus désagréables, vous vous direz que le temps que vous passez ensemble est précieux et que vous préférez parler de ce qui vous fait du bien, de que ce vous avez aimé, de ce qui vous apaise, de ce qui vous donne envie.

Petit truc, quand vous commencez à dire à l’autre qui qu’il soit que la discussion que vous êtes en train d’avoir n’est pas agréable pour vous, veillez bien à rester calme, à ne pas attaquer sa personne, à ne pas utiliser de “toujours”, ou de “jamais” (“on ne peut jamais parler de chose agréable avec toi” ou “il faut toujours que tu te plaigne“…) car ce n’est pas la personne qui est en cause, mais juste  son propos. Vous pouvez même veiller à la faire se sentir mieux en appuyant sur le fait que vous l’aimez, et que vous préfèreriez parler d’autre chose 🙂

Je vous souhaite de belles rencontres avec des personnes qui ont des discussions parfois négatives, et un bel entrainement à vous écouter, vous dans vos émotions, et dans votre envie du moment 🙂

Leave a Reply