C’est cela être écrivain.

C'est cela être écrivain, Amel Léger - Source PIxabay AdinaVoicu
C’est cela être écrivain, Amel Léger – Source PIxabay AdinaVoicu

Cette nuit, alignée avec mon âme j’ai senti monter en moi très fort l’élan de publier mes contes.

J’ai senti que je devais contacter Samantha Lanrivin qui est pour moi un exemple d’écrivain moderne publiée et inspirée avec son roman initiatique “au coeur des anges” qu’elle a auto-publié et qui est maintenant édité par une grande maison d’édition 🙂
Je me suis autorisée ce matin à lui écrire, et hop! Elle m’a répondu tout de suite, m’offrant généreusement ses conseils, et ses leçons de la débutante qu’elle a été à la débutante que je suis désormais 🙂

A un moment de notre conversation, tout d’un coup, j’ai senti la magie opérer : des frissons en vagues, qui ne s’arrêtaient plus. C’était pour moi. Son énergie qui venait me nourrir. J’étais prête à apprendre et ouvrir quelque chose.

A ce moment là j’ai compris que je n’allais pas envoyer mon manuscrit à toutes les maisons d’édition, et plutôt m’auto éditer….

Puis la discussion a continué : son grand conseil pour moi a été de me relire et de me relire encore et encore jusqu’au dernier moment. …

Ce grand conseil m’a beaucoup dérangée, car je ne voulais pas retoucher les textes reçus en 30 minutes chacun. C’était pour moi un non-sens. Mais j’ai écouté son message et j’ai été creusé en moi après notre échange : c’est en effet moi qui ai été choisie pour les écrire ces contes. Et tout d’un coup cette idée a fait jaillir une émotion : “mais si je suis publiée, est-ce que je vais être à la hauteur ? ”

Je laisse cette émotion de côté pour l’instant et plonge dans mon envie du moment:  relire les derniers contes que j’ai écrit. Armée d’un crayon de papier, je laisse venir les éventuels ajustements. Je lis un conte et fait quelques annotations, sans conviction.

Puis je lis le second conte, et soudain je sens que J’AIME profondément ça, d’apporter des “A-JUSTE-MENTs” comme si cela voulait dire : “J’ajuste les contes à moi sur le moment“.
“J’aime plonger dedans et fignoler
J’aime sentir le mot juste
et c’est là tout simplement que je m’approprie mon moment.
et c’est cela, tout simplement, être écrivain.”
Je me lève avec cette forte émotion que je sens en moi, ça y est, comme ça je suis devenue écrivain. 

Ce ne sera pas parce que je serai publiée par une grande maison d’édition, ce ne sera pas quand je m’auto-éditerai. C’est là, maintenant. je suis auteur, et écrivain.

J’étais prête, et cette vague de frissons, pendant ma conversation avec Samantha Lanrivin y est pour quelque chose. Merci à Samantha
Sentir et écrire .
Ecrire ce qui vient = “Ecrivain”
le poids des mots le choix des mots
Merci à Léon le petit garçon qui jouait avec ses ballons à attraper ses idées*, de m’avoir accompagnée ! <3

Et l’émotion “je ne serai pas à la hauteur” ? Elle a disparu aussi vite que j’ai plongé dans la relecture 🙂 ouf !

Amel Léger, le 10 mars 2016

*Le petit garçon qui jouait avec ses ballons à attraper ses idées est un des contes qui figure dans le recueil des “Happy contes de l’Univers” ©Amel Léger

Source photo : PIxabay AdinaVoicu

 

 

Leave a Reply