En plein milieu

Tristesse Amel Léger-Source Pexels Stock.tookapic.com.jpg

“Entre une vie toute tracée, d’habitudes, de choses à faire, et de “bravo !!”
Et une autre complètement inconnue mais où je me sens bien à chaque instant
Comment passer de l’une à l’autre sans perdre un cheveux ou deux ?
Amalouuuuuuu* ? Ben non, ça va je n’ai mal nulle part

Cet oiseau tout à l’heure est venu me dire que j’aiderai à libérer d’une certaine façon… le rire, la joie, l’humour, et les humeurs, le temps et la pédagogie…
Oui ? c’est par où ? Par ici 🙂

Que faire des déceptions sur le long du chemin ?
Que faire des liens qui se défont des amitiés qui s’effacent, des deuils de manière de vivre, des activités qui ne me verront plus ?

Une grande tristesse est là.
Comme n’importe quelle chose de la vie qui s’arrête, elle n’est qu’une annonce d’une autre chose à venir.

Autre ne veut pas dire pire, ou mieux, mais juste différent. Quelque chose qu’on ne connait pas encore.
Se souvenir que derrière tout ça il n’y a que de l’Amour, Amour je suis et Amour je resterai.
Mon mental et ses croyances “c’est triste devoir quelque chose se finir ou s’éloigner” ne m’emportera pas. Pas cette fois.
Car je sais que tapie au fond de moi, cette sensation très forte que je prend pour de la tristesse de cette éloignement, est en fait de l’Amour bien fort pour cette personne, ou cette situation.
Et cet amour, s’il est bien concret, est aussi constant, intemporel, et se manifeste à distance.
Ainsi donc une nouvelle pratique est née, celle d’envoyer des pensées aux gens aimés.
Ils sont loin physiquement ? Ou ils sont peut-être morts ? et alors ?
Si je les appelle je sens leur présence.
Parfois même c’est eux qui m’appellent, par une chanson, un signe, un souvenir d’eux.

C’est alors je sens la vie dans toutes ses dimensions
Tristesse ? où te caches-tu ? Tu as disparu.”

Amel Léger, le 6 mai 2014

*jeu de mot entre Amel et “a-mal”, sachant que Amalou est un de mes nombreux surnoms…

Source photo : Pixabay Unsplash

Comments are closed.