Mécanique du don

Mécanique du don, Amel Léger- Source Pixabay PixeliaJe suis une adepte du don et du troc de vêtements. Tous les 3 mois je fais un tri dans mes affaires, et tout y passe, livres, vêtements, salle de bain, cuisine… tout ce qui n’est plus utilisé est mis de côté.

J’ai donc souvent des sacs de choses dont je ne souhaite plus… qu’en faire ?
Une partie des choses est à donner à une association caritative.
Une partie des choses, des vêtements ou chaussures, est encore presque neuve, j’ai donc envie de plutôt les vendre…. et les brocantes sont idéales pour cela même si les prix sont symboliques j’aime beaucoup la réutilisation. Mais il n’y en a pas tous les 3 mois, et je n’ai pas de lieu où stocker les choses.J’emmène donc cette partie au dépot vente. Ou je propose à des amies de se servir.Certaines me proposent des sous, d’autres un échange, d’autres rien. Et tout me va, car je suis à chaque fois dans l’instant en train de me demander si c’est juste pour moi. Récemment une amie  a emporté un sac de choses, sans rien me proposer en échange. On se connait depuis longtemps, sa proposition symbolique m’aurait certainement suffit pour lui répondre “comme tu veux” ou “non”, en fonction de ce que j’aurais senti sur le moment. Mais la rien. Et ça m’a dérangé.


Cet exemple m’amène à faire un retour sur moi, bien sur, et à me demander ce que moi je veux recevoir pour ces choses la dont je ne veux plus ? Pourquoi je les donne en fait ?

Voyons voir, essayons de débroussailler tout ça :

  • Peu importe ce que je décide, il faut juste que je pose les choses car l’indécision amène le doute qui est très consommateur d’énergie
  • En me débarrassant de ces choses dont je ne veux plus, je veux les remettre en circuit, ne pas les bloquer…
  • Tout ça c’est une question d’abondance…. et d’énergie. Il faut donc que je libère ces vêtements ou objets avec l’énergie qui leur correspond et leur permettre de trouver un lieu plus juste pour eux dans cet univers.
  • Je demande donc à ce que les personnes qui doivent recevoir ce que je libère puissent se manifester.
  • Et je constate que souvent c’est le cas.
  • En libérant l’énergie et en offrant au monde ces choses, je sais que j’ouvre la possibilité pour moi de recevoir ce qui est juste pour moi aussi.
  • Je me place dans l’abondance, et la confiance que chaque chose est à sa place.
  • Je reconnais en arrière plan la peur  de “donner à perte”…
  • En acceptant de donner à tous,  je rend possible le fait qu’ils veuillent me donner de l’argent, et le fait de recevoir ce qui est juste pour moi: peut-être que ce n’est pas de l’argent, peut-être que c’est autre chose, à un autre moment….

Ha! Ca devient intéressant !

En l’occurrence, après avoir donné ce sac à cette amie dont je parlais plus tôt, j’ai reçu un appel me demandant d’intervenir en entreprise pour du Yoga du rire. J’ai donc reçu une opportunité professionnelle superbe ! Et peut-être qu’autre chose d’autre encore se prépare pour moi. Ce petit retour sur moi m’a fait du bien, Je me sens pleine de gratitude d’avoir libéré toutes ces choses récemment et je me sens en accord avec le fait de laisser les choses aller où elles doivent aller, mais aussi de la manière la plus juste 🙂 

Ainsi, je laisse les choses se faire, je continue à agir en suivant mon intuition, et je remercie la situation de m’avoir permis de visiter ce point de mon rapport au don et à l’argent.
Et vous, ça vous a fait penser à quoi?

Allez je vous laisse avec cette belle citation qui peut être une méditation à elle toute seule :

“Quand nous nous abandonnons à Dieu, nous nous abandonnons à quelque chose plus grand que nous — à un Univers qui sait ce qu’il fait. Quand on arrête de vouloir contrôler les évènements, ils s’alignent selon un ordre naturel, un ordre qui fonctionne. Nous sommes au repos et un pouvoir bien plus grand que le nôtre prends le relais, et il fait un bien meilleur job que nous aurions pu faire. Nous apprenons à avoir confiance dans le fait qu’un pouvoir qui peut faire tenir les galaxies ensembles peut gérer les circonstances de nos vies relativement petites.” Marianne Williamson

Au plaisir de lire vos commentaires !

Amel, le 19 Novembre 2013

Source photo : Pixabay Pixelia

Comments are closed.